webleads-tracker

Flux pour
Articles
Commentaires

caricature-attali7

Intéressant article de Jacques Attali sur « Le desespoir à 20 ans » qui s’intéresse au sort des jeunes de tout poil qui peinent  à s’insérer dans le monde du travail et le système de façon générale.

Et Jaques Attali, authentiquement indigné,  de recommander d’ « associer  dignement (les jeunes) aux prises de décisions  dans les partis, les syndicats, les associations » en ajoutant « si on ne le fait pas, on ne pourra pas leur en vouloir de ne pas se résigner ».

M’étant déjà prononcé sur le sujet dans cet article, je ne peux que partager cette recommandation.

A vrai dire, je n’ai qu’un seul regret, c’est que Jacques Attali ne se soit pas appliqué à lui même cette recommandation. En effet, la commission pour la libération de la croissance qu’il a présidé affiche une moyenne d’âge proche des 58 ans et aucun représentant de mois de 40 ans (je n’évoque même pas le cas de la génération Y). Dommage.  Belle occasion perdue d’associer dignement des jeunes à la réflexion et la prise de décision…

Pendant ce temps là,  les  États-Unis viennent d’élire un Congressman de 27 ans pour représenter l’Illinois. Ils doivent être fous ces américains  ;-)

Articles similaires:

Be Sociable, Share!

5 Réponses à “Jacques a dit…”

  1. Maly.No Gravatar dit :

    Les Baby-Boomers sont nos Parents.
    Nous sommes leurs enfants.

    Les Baby-Boomers sont nos Représentants Politiques et Syndicaux.
    Nous sommes leurs électeurs.

    Les Baby-Boomers sont nos Patrons.
    Nous sommes leurs salariés.

    Les Baby-Boomers sont nos Banquiers.
    Nous sommes leurs clients.

    Ils ont modelé le monde dans lequel nous vivons et pourtant ils ne comprennent pas nos attentes et nous écartent systématiquement de toute forme de responsabilités, sabotent nos possibilités d’indépendance…

    …tout en faisant peser le poids de nos difficultés sur nos propres épaules et en s’octroyant tout ce qui est à s’octroyer par ailleurs.

    Si en plus on ajoute à cela les clivages de luttes de classes (qui existent encore quoi qu’on en dise) et les inégalités sociologiques diverses (géographiques ou liées au sexe par exemple)…

    Être un « Y » c’est être, pardonnez moi la métaphore peu consensuelle mais je le ressens personnellement comme ça, une sorte d’éponge à merde.

    Nous serons ceux qui devront stopper le désastre écologique provoqué par 50 années de roue-libre en matière d’économie de marché, nous vivrons une vie moins aisée parce que tout est cher et que nous sommes mal payés tout en exerçant des métiers sous-qualifiés par rapport à notre niveau d’étude, nous devrons également cotiser pendant très longtemps pour des retraites et des soins sans jamais en bénéficier pour nous mêmes (ou si peu)… la liste peut-être longue si on entre dans les détails pratiques.

    J’ai mis longtemps à réaliser que nos itinéraires de vie sont, sans que personne ne le réalise jamais véritablement, balisés par d’autres que nous: le conflit de génération n’est qu’un avatar parmi tant d’autres de l’asservissement à divers degrés de l’Humain par l’Humain.

    Souvent j’en arrive à penser que c’est la Mort qui soldera nos comptes avec les rescapés des 30 glorieuses, n’est-ce point là le symptôme d’une profonde rancoeur ?

    Dans cet état d’esprit, je dois avouer que les opinions de Jaques Attali, éditorialiste Parisien omniscient, omniprésent et compulsivement pénible, je n’en ai cure.

    Ca c’était pour rester dans le sujet du billet sans être trop malpoli.

    J’ai quelques commentaires à faire sur le contenu du site en général.

    Il contient de nombreuses informations très intéressantes et développe un point de vue intéressant lui aussi, tout en étant victime d’un certain nombre de biais (en l’occurrence deux).

    Le premier c’est qu’il semble écrit dans une optique de base de donnée à destination des « Managers ».

    Ne voyez vous pas l’exercice même de ce type de profession une légère distortion avec l’idée d’horizontalité hiérarchique comme caractéristique propre aux « Y » ?

    Quelle différence faites vous entre Collaboration et Coopération ?

    (NB, je peux vous faire par mégarde un procès d’intention: j’ai beaucoup de préjugé envers tout ce qui porte une cravate car je suis un « Y » prolétaire, vindicatif et probablement anarchiste autonome d’ultra-gauche sans le savoir !)

    Le second c’est que certaines sources me semblent légèrement faisandées:

    Vous éludez que les homme politiques les plus réactionnaires vis à vis de la jeunesse sont tous issus du mouvement qui a donné naissance à l’actuel bloc politique en exercice, et dans le même temps, vous publiez des travaux commandités par leur think-tank officiel…

    (Je pense bien évidemment au FIP…)

    Je n’ai rien contre les statistiques ou les chiffres, mais étudier attentivement les sources elles-mêmes peut également révéler des choses qui dépassent leur objet.

    Qui commande des études à qui et quel usage en-est-il fait ?

    Les discours proférés et les mesures prises dans la foulée de ces analyses sont la plupart du temps en totale déconnexion avec la réalité empirique des gens de notre âge et de nos diverses situations.

    Bref des petites choses, mais le Diable est dans les détails.

    Bonne continuation, je lis attentivement.

    Un « Y » de 29 ans, anonyme, salarié pauvre mais qualifié, sans Facebook, sans téléphone portable, sans voiture, sans télévision, sans four micro-onde… mais tout ça par choix.

  2. Julien Pouget (lagenerationy.com)No Gravatar dit :

    Merci pour votre témoignage Maly. Le malaise que vous exprimez est profond et matérialise les craintes de certains quant au risque de conflit générationnel. Je partage votre constat sur la sous-représentation des Y dans le monde économique et politique. Je suis cependant plus optimiste que vous sur le destin de cette génération et son rôle dans la société de demain.

    Merci également pour vos remarques plus générales sur le site.
    Quelques mots sur le positionnement du site en lien avec ces remarques : ce site n’a pas vocation à n’être qu’une base de donnée pour managers. Il ambitionne d’être une chambre d’écho plus large de qu’est, ce que pense, et ce que vit la génération Y. Vous noterez à cet égard la présence d’articles sur des thématiques autres que celle de l’entreprise (ex logement, politique, valeurs, etc)

    Sur le fond, concernant la « distortion » que vous évoquez entre l’idée d’horizontalité et la notion de hierarchie :
    Il y a à l’évidence une opposition (que je m’efforce de mettre en lumière dans mes différents articles) entre le mode de pensée horizontal des Y et la conception traditionnelle de la hierarchie. Mon sentiment est que la notion de hierarchie ne vas pas disparaitre (je ne crois pas à l’autogestion) mais évoluer pour intégrer ce nouveau de pensée et aller ainsi vers plus de collaboration.

  3. Maly.No Gravatar dit :

    Étrangement je ne me sens pas particulièrement pessimiste par rapport à l’avenir.

    Mes constats sur le présent sont certes particulièrement accablants, mais je puise également dans cette posture une grande énergie pour me battre et une assez utile clairvoyance sur les comportements humains.

    C’est l’équilibre qui se crée quand on à rien à perdre et qu’on a assez de conscience pour le savoir: on gagne une certaine sérénité d’esprit.

    C’est quelque part rassurant de savoir qu’un grand nombre de personnes de notre âge rencontre les même difficultés que soi.

    Alarmant aussi… mais rassurant…

    (Bon sang je suis philosophe ce soir.)

    Ca m’intéresse également de savoir comment les gens de notre génération perçoivent le monde et qu’elles aspirations ils nourrissent vis à vis de leur(s) mode(s) de vie.

    (Le blog s’y intéresse déjà un peu)

    Par exemple concernant les (plus très) « nouvelles » technologies de l’information:

    Au delà de notre savoir-faire pour les utiliser, quel recul avons nous sur leur usage ? concernant la problématique énergétique ? et celle des libertés individuelles ?

    Dans d’autres domaines:

    Qui parmi nous continuera dans les années à venir à jouer le jeu de la consommation à outrance ? de l’automobile ? de la télévision ?

    Nos parents ne se posaient absolument pas ces questions, mais la nécessité nous y pousse de plus en plus violemment.

    (ce qui est une bonne chose selon mon opinion toute personnelle)

    Si les actuels « décideurs » ne désirent pas spécialement que nous soyons adultes, autonomes et émancipés c’est aussi parce que de nombreuses situations avantageuse (Politiques et Industrielles principalement) sont entièrement construites sur cet état de fait.

    Pensez un instant aux fondements de la publicité (qui infantilise), aux experts en analyses psychologiques de comptoir (nous sommes des « adulescents »), ou encore aux campagne de recrutement de l’armée de terre qui présentent la guerre comme un jeu vidéo…

    Ce que j’essaie de dire d’une manière un peu décousue, c’est que si on commence à essayer de définir les caractéristiques de notre génération et qu’on les place en perspective dans le monde tel qu’il est (et pas tel que les vieux médias nous le décrivent), on va nécessairement aboutir à la conclusion que:

    1) ça va pas.

    2) changer les choses va être très violent
    (pas forcément au sens de violence physique).

    3) L’avenir est incertain (ou au contraire déjà tracé suivant le point de vue).

    Ceci dit, je me tempérerais en précisant que la situation Franco-Française n’est peut-être pas généralisable.

    Concernant cette « Question générationnelle », il faudra se faire à l’idée que chez nous c’est pire qu’ailleurs de ce point de vue.

    Il est très tard, je sens que je dérive.

    Maly.

  4. MayaNo Gravatar dit :

    Forcement,
    toute forme de débat risque de mener à discussion.

    Là où Maly semble mettre le doigt sur une carence du site, je met l’accent, sur une autre carence dans ses propos.
    La génération Y n’est pas composé que de surdiplomés qui sont sous-payés à faire des boulots pour lesquels ils sont prétendument trop qualifiés.

    D’ailleurs nombreux sont ceux de la génération Y, qui sont des opérationnelles des « nouvelles technologies » plus nouvelles du tout, mais dont ils sont parmi les rares à maitriser la compétence en matière de gestion des évolutions, qui ont renoncés aux études très tôt pour commencer à travailler.

    La génération Y c’est aussi cela, une « conscience de la responsabilité ».
    Et en ce point je rejoint Maly, la conscience de faire bien, et sans dégât n’appartient qu’à notre génération, éducatrice de la génération de boomers qui n’a « plus rien à apprendre » (notez ici que ce propos n’est qu’ironique)

    Enfin pour ajouter au « Détails diaboliques » de la mécanique d’analyse. Je pense qu’il n’y a RIEN qui soit fait dans le sens des Y. Trop peu ou trop c’est comme rien du tout. Je m’explique : D’un coté on pollue à tout va et on lance de nouveaux produits agricoles sans en connaitre les effets sur notre éco-système, de l’autre, on refuse l’accession à certains médicaments par un « pseudo principe de précaution ».
    D’un coté on parle de réduire les dépenses publiques, de l’autre, on continu à vendre des cigarettes, les cancers de demain seront pour nos porte-feuilles et nos charges sociales, et tant pis si on a reporté dans le temps la crise, nos boomers qui étaient les gouvernants à l’époque de cette prise de décision, seront confortablement installés dans leur petite retraite à regarder « plus belle la vie » saison 64, alors que les Y se transformeront en monstre à tentacules multiples pour raccrochés tout les bouts de l’économie.

    Pour conclure, Ce qui manque à la génération Y, c’est cette reconnaissance qu’ils sont, et devront être les héros pour les générations futurs.

    Et malgré tout cela, ILS NE DEVRONT PAS SE DECOURAGER !
    Et j’entends encore les X nous reprocher de ne pas nous plier à la hiérarchie et oser privilégier les vacances à défaut de les sacrifier pour le travail…
    Si les Y sont des « enfants rois », et qu’il n’y a rien à leur reprocher à cela, c’est parce qu’il savent déjà la montagne qui leur reste à accomplir et qu’ils ménagent leur monture avant cette longue et épuisante épopée vers… la survie ?

  5. Julien Pouget (lagenerationy.com)No Gravatar dit :

    Bonjour et merci pour votre commentaire Maya.
    Un petit point d’incompréhension ou désaccord: lorsque vous écrivez :
    « la conscience de faire bien, et sans dégât n’appartient qu’à notre génération,
    Vous semblez donner à la génération Y le monopole de la consicence…ce à quoi je ne peux évidemment souscrire, les bonnes volontés se trouvant dans toutes les générations. Brassens l’a dit avant moi, « le temps ne fait rien à l’affaire… »
    A bientôt,

Laisser un commentaire