webleads-tracker

Flux pour
Articles
Commentaires

 Les résultats de la 21ème édition de l’Observatoire du travail BVA/BPI/ L’institut du leadership/L’Express viennent d’être publiés.
D’après l’observatoire, les principaux enseignements sont les suivants :

  • « Les actifs de plus de 30 ans portent un regard sévère sur les jeunes au travail.
  • A l’égard de l’entreprise, les jeunes ont des attentes un peu plus fortes en matière d’équilibre vie professionnelle/vie privée, de confiance faite dans le travail et de développement des compétences.
  • L’attente des jeunes en matière de stabilité d’emploi est surévaluée par les autres générations.
  • Les moins de 30 ans ont une visions plus positive de l’entreprise que leur ainés.
  • Leur emploi actuel a fait l’objet d’un choix, en particulier chez les jeunes. Les moins de 30 ans se sentent davantage acteurs de leur évolution professionnelle que les générations précédentes, ils ont également un sentiment d’employabilité plus élevé.
  • Quelle que soit leur génération, les actifs sont très sceptiques sur la capacité du contrat de génération à lutter efficacement contre le chômage des jeunes ».

Le sondage complet est disponible ici.

Nous aurons l’occasion d’en rediscuter dans les prochains jours mais une question d’ores et déjà : êtes-vous surpris par ces résultats ?

Articles similaires:

Be Sociable, Share!

2 Réponses à “[Sondage-Étude] : les jeunes et le monde du travail”

  1. GaelleNo Gravatar dit :

    A noter quand même que l’étude à porté sur des jeunes en activité professionnelle… ;-)
    J’entends beaucoup de clients me dire que les jeunes « consomment  » leur emploi; ils sont volatiles et les DRH subissent un fort turn over. Effectivement, lorsqu’on croit qu’ils veulent un emploi stable à 36%, ils ne sont en réalité que 19% à rechercher cette stabilité!
    Merci pour ces infos!

  2. MarcNo Gravatar dit :

    C’est bien connu que la Génération Y est la Génération sacrifiée en termes d’emploi et de pouvoir d’achat. Un regard plus pessimiste et peut-être envieux sur la génération suivante plus privilégiée. Mais cette dernière largement plus pouponnée est-elle plus autonome? Je pense qu’ils sont au contraire trop préservés de la réalité. Un constat à refaire d’ici une dizaine d’années peut-être?

Laisser un commentaire