webleads-tracker

Flux pour
Articles
Commentaires

 Message reçu dans ma boite mail :

Bonsoir,

Suite à un article dans la presse concernant la génération Y, j’ai visité votre site qui m’a intéressée mais j’ai été pour le moins stupéfaite par le nombre incalculable de fautes d’orthographe, d’accord, de ponctuation, de coquilles, etc…

Cela me semble très dommageable et donne une image superficielle et peu professionnelle de ce que vous voulez sans doute faire passer avec sérieux…. C’est aussi, à mon avis, un manque de respect pour vos lecteurs.

En outre, la date limite pour l’inscription sur les listes électorales pour les prochaines élections présidentielles est le 31 décembre 2011 et non 2012 !

Bien cordialement et à bon entendeur…..

Ma réponse :

Chère Madame,

Permettez-moi, avec retard, d’accuser réception de votre courriel. Je suis heureux que la lecture de mon blog vous ait intéressé. Je fais mon possible pour le rendre vivant malgré un emploi du temps assez chargé.

Votre constat est exact : ce blog est truffé de fautes et coquilles en tout genre. Je serais d’ailleurs très surpris que vous n’en trouviez pas dans cet article.

Sans chercher à me justifier, permettez-moi d’invoquer quelques arguments pour ma défense.

Tout d’abord, le contexte sociétal dans lequel j’ai grandi. Contrairement aux générations précédentes, j’ai toujours connu un monde à l’orthographe approximative. Aussi loin que je m’en souvienne, les affiches, magazines et autres SMS ont toujours comporté des fautes.

Piètres références me direz-vous. Mais même les journaux de « référence », que je mettais un point d’honneur à lire étudiant, ne sont pas irréprochables sur ce point. Cela irritait déjà ma mère à l’époque qui écrivait à ces journaux pour se plaindre de l’absence de relecture.

Quelques années plus tard, rien n’a changé. Les journaux font toujours autant de fautes. Seul progrès, leur présence sur internet permet aux champions orthographiques de se plaindre dans la section « commentaires » pour un coût nul et un investissement en temps limité.

Mais ma distance relative face aux canons de l’orthographe ne tient pas qu’aux évolutions sociétales que je viens de décrire.

Les hasards de la vie font que je compte parmi mes amis une personne dyslexique. Cet individu, à l’intelligence aigue, est pourtant incapable de formaliser sa pensée sans une impressionnante collection de fautes d’orthographes. Bien que l’origine de ce trouble d’apprentissage soit d’ordre neurologique et concerne 5% des écoliers, cet ami m’a relaté les brimades et jugements hâtifs dont il a été victime enfant. Aujourd’hui adulte, et en dépit d’une vie professionnelle réussie, cet ami subit toujours régulièrement les remarques narquoises des champions orthographiques. Car en France, c’est bien connu, ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et s’écrit sans fautes. En témoigne, votre remarque « c’est aussi, à mon avis, un manque de respect pour vos lecteurs » où vous vous autorisez un jugement négatif.

Au-delà de cette expérience personnelle qui m’incite au relativisme, je m’interroge plus fondamentalement sur la supposée puissance intellectuelle de ceux qui écrivent sans fautes. Une phrase attribuée à Napoléon disait : « l’orthographe, c’est la science des ânes ». Provocatrice, la formule pose néanmoins une vraie question. Et une question d’avenir. En effet, que deviendront les ayatollahs du participe passé lorsque les correcteurs d’orthographes seront capables de corriger la moindre faute d’orthographe avec plus d’efficacité qu’eux ?

Nous serons alors obligés de nous concentrer sur les idées, le fond. Ma question est donc simple : pourquoi ne pas commencer dès maintenant ?

Bien à vous,

JP

PS : contrairement à ce qui est indiqué dans l’objet de votre courriel, le nom de mon site est « lagenerationy.com » et non « generationy.com » mais je vous pardonne bien volontiers cette inexactitude ayant compris l’essentiel de votre message ;-)

Articles similaires:

Be Sociable, Share!

15 Réponses à “Bref, j’fais des fautes d’orthographe”

  1. souhkaNo Gravatar dit :

    Je débarque sur ce blog. Je n’ai pas tout suivi. On vous reproche votre orthographe. Je suis étonné que votre maman ne vous ait pas transmis ses compétences. Aussi, comment fait-on pour repérer des fautes dans un journal de ‘référence’ quand on est soit même un nul ? Certes, l’orthographe est complexe et mérite de s’y attarder mais elle permet un maîtrise dans les mots, évite bien des déconvenues et affine les pensées. Avant que les logiciels arrivent à un niveau acceptable de correction, de l’eau coulera sous les ponts. Comme on dit chez nous, « c’est pas demain la veille ».

  2. Stéphane ARLENNo Gravatar dit :

    Bonjour,
    alerté par Google sur cette discussion, je me permets de réagir.

    Quand on parle de fautes d’orthographe, on parle en fait d’orthographe et de grammaire. Si mettre deux f à « girafe » n’est sans doute pas très grave, mettre un s « je mangerai », faisant ainsi passer ce futur de l’indicatif pour un présent du conditionnel, aura beaucoup plus de conséquences sur la lisibilité du texte. Ce n’est qu’un exemple parmi des centaines que je vois tous les jours et qui nuisent autant à l’auteur du texte (qui n’est pas compris) qu’au lecteur (risque de mauvaise information, perte de temps). Bref, il n’y a bien que les ânes (comme ceux qui veulent conquérir le monde et se retrouvent à mourir seuls sur une île) pour penser que l’orthographe est un problème secondaire.

  3. PierreNo Gravatar dit :

    Bonjour à tous,

    Je suis en dernière année d’études et je fais une étude sur le Management de la Génération Y/Séniors. Faisant mes recherches sur la Toile, comme 99,9% des jeunes de France (et d’ailleurs, mais je ne parlerais que de la France pour cette phrase), j’ai été abasourdi de voir à quel point on peut être « titillant » sur quelques fautes d’orthographes. Nuançons les propos :
    – Des fautes d’orthographes, c’est grave je vous l’accorde, MAIS, personne n’est parfait, et je vous demande qui, un jour, a maîtrisé complètement la langue française et n’a jamais fait de fautes ?
    – Il faut mesurer la gravité de la situation et des fautes commises, je pense que nous devons inculquer à la génération Z qui arrive, la nécessité absolue de savoir écrire (et parler, mais ce n’est pas le sujet ici). Donc je suis d’accord avec les commentaires qui ont été publiés après.

    Néanmoins, je souhaite défendre l’auteur de ce site. Pourquoi me direz-vous ? Et bien tout simplement parce que, grâce à des gens comme ceux-là, qui essayent, malgré leurs emplois du temps chargés, de pouvoir transmettre de l’information, leurs informations, mais de transmettre au plus large leurs points de vues sur l’évolution de la société. Ceux qui ont répondu ont raison, je le répète, mais soyer indulgent. Posez-vous la question de savoir si vous seriez capable de faire la même chose en mieux ?

    Je vous remercie d’avoir pris le temps de me lire.

    Pierre, 25 ans, pas parfait mais je fais de mon mieux.

  4. PierreNo Gravatar dit :

    Soyez* indulgent (Bouh la grosse faute !)

  5. christelleNo Gravatar dit :

    Tout à fait ! Il n’ y a qu’en France ou on juge les « personnes » avec des fautes d’ortographes, Le principal n’est il pas de se faire comprendre ?

  6. DelcuseNo Gravatar dit :

    From : http://destroublesdecetemps.free.fr

    L’orthographe n’est qu’une approximation, non une science; ou plutôt elle est la science des valets. Elle devrait servir à une bonne lecture, et non à juger et asséner des sentences. Les valets de la soi-disant « bonne orthographe » voudraient fixer la langue pour toujours, comme une sorte de nov-langue. La rigueur de l’orthographe augure des jours sinistres.

  7. GammaNuNo Gravatar dit :

    Bonjour,
    Je suis clairement de la génération Y, dyslexique bien qu’il y ai pire, et fils d’une prof de français. Qu’en avez vous à faire ? Pas grand chose si ce n’est replacer mes propos dans leur contexte.

    Entre les uns qui disent qu’une mauvaise orthographe est un non respect des lecteurs et d’autres qui disent que c’est une science d’âne, j’y vois les ingrédients nécessaire à nourrir un troll, ce qui peut être divertissant certes, mais ne fait pas avancer la question.

    J’aurais tendance à trouver l’orthographe utile sans pour autant être indispensable. Je m’explique :
    Utile en cela qu’elle permet (surtout accompagné de la grammaire) d’exprimer plus précisément, plus finement ses pensées. Même si dans le contexte, on sait souvent distinguer vert, vers, verre et j’en passe surement, c’est moins immédiat de faire la conversion, plus particulièrement pour nos ainés, que de lire directement la bonne orthographe.
    Il me semble donc logique d’y accorder une certaine importance pour facilité la lecture aux autres, qu’ils soient de la génération Y ou non. C’est ce qui m’amène à relire ou faire relire mes propos dès lors qu’ils sont amenés à être lu par de nombreuses personnes ou par un interlocuteur prêtant attention à l’orthographe.

    A coté de cela, se baser sur la qualité de l’orthographe pour juger l’auteur me semble totalement aberrant. Comme il a déjà été dit, personne n’est parfais, l’écriture sans fautes n’est qu’une qualité parmi tant d’autre, et lors de la rédaction d’une texte, l’orthographe à le bon gout de pouvoir être délégué à un expert quand le besoin s’en fait ressentir. De mon point de vue, la bonne orthographe est donc bien « un plus » et non « un prérequis » à l’expression écrite.

    J’en profite aussi pour distinguer deux choses qui me semble totalement différentes : les fautes involontaires et les fautes volontaires (style SMS entre autre).

    Dans le premier cas, il faut garder en mémoire que « personne n’est parfais » et plutôt que de se dire qu’il faut corriger toutes les imperfection systématiquement, il me semble bon de pondérer l’importance de chaque chose, et de mettre en regard l’effort nécessaire et le gain obtenu. Par exemple, le gain d’une orthographe impeccable dans un message de tchat est proche du néant. En-revanche, le faire relire ou le relire soit même garantie presque à coup sur que trops d’autre messages aient été posté entre temps et que son message relu n’est plus qu’a être supprimé car devenu obsolète. Sur un tchat, la réactivité est bien plus importante que l’exactitude, tant que le message est compris.

    A l’inverse, la carte d’un restaurant peut très bien supporter une relecture. Si l’on est prêt à mettre en valeur le fond avec une belle mise en page, il serait dommage de ne pas le mettre en valeur avec une belle orthographe. C’est du même ordre à mon avis, ce sont des plus appréciable, sans être indispensable.

    Venons en au style SMS et autres fautes volontaires. Le seul intérêt que j’y vois est, historiquement, de loger un maximum de mots dans un minimum de caractères pour ne pas avoir à payer un 2ème SMS pour finir son message. Tout autre usage me semble tristement dommageable car, à l’exception des addicts du SMS, tout le reste de la population a besoin d’un effort non négligeable de lecture pour comprendre ce qui est écrit, voir n’arrive même pas à déchiffrer. Si le but est justement de parler une langue « étrangère » par phénomène de mode ou d’appartenance sociale, pourquoi pas ( il y a l’Esperanto aussi pour ça :p ). Mais si le but n’est pas là, qu’il s’agit juste d’une habitude d’écriture alors que l’on sait écrire de façon compréhensible pour la majorité de la population, alors on est bien dans une situation paradoxale : l’auteur s’exprime pour être lu par tous, mais complique la tache plus ou moins sciemment, limitant par la même occasion son nombre de lecteur et leur réceptivité. Dommage pour l’auteur.

    Bref, vous l’aurez compris, je ne suis pas pour mettre l’orthographe au placard, ni pour la vénérer pardessus tout. C’est un outil de communication qui sert le fond, mais rien de plus.

    Dyslexiquement votre,
    GammaNu (après relecture)

  8. sophieNo Gravatar dit :

    C’est tout le paradoxe de cette incroyable génération … Des fautes d’orthographes, mais un génie incomparable pour vous coder des pages d’HTML presque les yeux fermés !
    Je crois qu’il faut plutôt se tourner vers l’éducation nationale qui a baissé les bras depuis bien longtemps ! Les enfants d’aujourd’hui ne sont pas plus fainéants que nous ne l’étions, élèves de génératon X. Pourquoi alors, arrivés en 6ème, beaucoup ne savent pas correctement lire, pourquoi certains n’ont pas encore compris la différence entre ET/EST ?
    Je déteste faire des fautes d’orthographe, mais j’ai un fils de 14 ans qui en fait 4 par mot … Je n’ai pas réussi à lui transmettre le gène de l’orthographe parfaite, encore moins ses instituteurs ….
    P.S: bravo Julien pour ce blog ^^

  9. CyrielleNo Gravatar dit :

    Bonjour, j’ai une orthographe et une syntaxe incroyablement mauvaise, et pourtant, je suis titulaire d’un master en marketing sportif … Je suis d’accord, c’est inadmissible MAIS, pour revenir sur le commentaire de Stéphane, à l’orale, faites vous réelement la distinction entre « je mangerai » et « je mangeraiS » ? Ou disctionguerions nous plutôt par la suite de la phrase par « si tu me prépares des pâtes » ou « tout à l’heure » .

    Donc nous sommes d’accord que le sens est apportée par l

  10. CyrielleNo Gravatar dit :

    Bonjour, j’ai une orthographe et une syntaxe incroyablement mauvaises, et pourtant, je suis titulaire d’un master en marketing sportif …

    Je suis d’accord, c’est inadmissible MAIS, pour revenir sur le commentaire de Stéphane, à l’oral, faites vous réellement la distinction entre “je mangerai” et “je mangeraiS” ?

    Ou distinguerions nous plutôt la différence par la suite de la phrase par “je mangerais si tu me prépares des pâtes” ou “je mangerai tout à l’heure” par exemple?

    Pourquoi tout à coup un S qui ne s’entend pas ferait il la différence à l’écrit?

  11. GoldenkayNo Gravatar dit :

    On fait des fautes et alors ? Comme le dit l’auteur notre génération se focalise sur le fond ! ;)

  12. agatheNo Gravatar dit :

    Personnellement je n’aime pas les fautes, mais j’ai adoré votre réponse!! claire, et surtout.. sans fautes!!! mes parents ont débarqué d’Espagne il y a 44 ans, et durant toutes mes années d’études j’ai eu droit aux brimades et au dédin de mes profs qui m’ont toujours fait sentir mes origines (pas assez française!!). J’ai donc toujours voulu leur montrer que malgré un français approximatif à la maison, j’arriverais à leur montrer que je pouvais les égaler. Certes, j’ai pris le « tic » de remarquer les fautes (quand il y en a) mais je ne me permettrai pas d’en faire un commentaire. Dans ce cas je trouve ça hors sujet. Laissons donc de côté tous ces détracteurs, et intéressons nous au sujet qui nous préoccupe : la génération Y!! c’est d’ailleurs pour cela que je suis » tombée » sur votre site : j’ai personnellement un collègue de cette même génération qui nécessite d’être sinon éduqué, du moins géré!!! merci pour vos article (attention : il m’arrive aussi de faire des fautes :) )

  13. angelinetNo Gravatar dit :

    Je peux vous suggérer un site très bien : http://www.ladictee.fr (présentation sur youtube http://youtu.be/0IvqEtkm8rI ) – Évidemment, il m’a fallu 5 semaines complètes pour me remettre à niveau mais leur méthode est excellente et surtout gratuite. Vu que je suis fauchée, ça tombe bien. Bon on a rien sans rien, il faut bosser régulièrement et ça rentre à force. Une dictée par jour, c’est rien….

  14. RameauxNo Gravatar dit :

    Je deteste les fautes d’hortographe et dieux sais que mes textes en son blindé!
    Je suis dysorthographié depuis le CP, un professeur m’as terrorisé, pour lui j’etais une éléve stupide et irrecuperable!
    Alors qu’il ses avéré que mon quotient intellectuel est superieure à la moyenne.
    Quand on loupe une étape aussi importante dans notre enfance, je pense qu’il est trés dure de tout reprendre, mais j’y travaille.
    Aujourd’hui je travaille dans l’immobilier, je fais toujours des fautes d’inattention, mais de moin en moin.

    Bref, je trouve ca dommage que l’on dise : »votre maman ne vous ait pas transmis ses compétences » car dans la vie on ne vos pas un texte, ni une belle ecriture.

  15. IkneNo Gravatar dit :

    Bonjour à tous,
    je suis en dernière année de master et comme beaucoup de gens de mon âge, je fais des fautes d’orthographes!
    On m’a diagnostiqué « dyslexique » lorsque j’étais jeune, mais je ne pense pas que ce soit vrai.
    La réalité, c’est que l’on a essayé de m’apprendre à lire avec la méthode semi-globale.
    Certains enfants apprennent très bien avec cette méthode, mais ce n’est pas le cas de tous. En CE1 ma mère a fini par acheter un livre d’apprentissage à la lecture avec une méthode syllabique, car j’étais incapable de déchiffrer un mot que je n’avais jamais lu avant.
    Je sais lire grâce à ma mère mais malheureusement elle ne m’a pas transmit son orthographe irréprochable.
    Je n’ai jamais écrit en SMS (pourtant j’ai 24 ans) ce n’est donc pas la fautes de mon téléphone portable, mais bien d’un mauvais apprentissage.

    Pour info:

    http://www.savoirlire.net/apprendre-a-lire/apprentissage-ecole/typologie-des-methodes-de-lecture

    http://www.soseducation.org/_sites_annexes/blog/?p=3082

Laisser un commentaire