webleads-tracker

Flux pour
Articles
Commentaires

micro

Vous trouverez ci-dessous le compte-rendu de mon échange avec Emmanuel Vaillant du magazine l’Etudiant.

___________________________________________________________________________

À peine arrivés sur le marché du travail, les jeunes de ladite “génération Y” se voient attribuer toutes sortes de caractéristiques qui rendraient difficile leur intégration dans l’entreprise. “Certains préjugés doivent être nuancés”, estime Julien Pouget, consultant et formateur, qui vient de leur consacrer un ouvrage*. “Les jeunes sont prêts à s’investir, à condition que l’entreprise et les managers révisent certaines de leurs pratiques.”

Comment expliquez-vous que la génération Y suscite tant d’interrogations ?
Parce que leur intégration dans l’entreprise ne va pas de soi. Même si leur situation n’est pas idéale, vu l’état du marché du travail, nombre d’entreprises ont du mal à recruter, à manager et à garder les jeunes. Ces difficultés tiennent à quelques traits caractéristiques de cette génération des “digital natives” qui sont façonnés par les technologies de l’information et de la communication, par la culture de l’instantanéité, le multitâches, les relations en réseaux…

Mais cette génération Y n’est-elle pas caricaturée, notamment lorsqu’on parle de “génération zapping” ?

Les jeunes ne sont pas plus “infidèles” que les générations précédentes. Seulement l’horizon de temps a changé. Ils ne se projettent plus dans une entreprise à long terme, et de leur côté les recruteurs ont tendance à exiger des jeunes recrues une efficacité rapide, avec un temps très court d’adaptation. C’est donc la logique du donnant-donnant qui s’impose : je suis prêt à m’investir et à me donner à fond pour mon entreprise, mais j’attends qu’elle soit ouverte sur mes attentes, qu’elle me propose un contexte de travail qui me plaise et que la relation avec mon manager soit satisfaisante, pas sur un mode hiérarchique classique.

Pour lire la suite, c’est ici

Articles similaires:

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire